• Mythologie

    Pour les amateurs  de 

     Mythologie

     Voici des petites histoire  des  Dieux des civilisations passées

  •  

    Pour Ecouter la music

     Coupez le lecteur en haut a gauche 

     

     

       

     

     

    Syrinx

    Au pied des montagnes froides d’Arcadie, parmi les nymphes des forêts, la plus célèbre s’appelait Syrinx. Satyres et dieux qui hantent les bois sombres la pourchassaient, la fatiguaient de leurs assiduités. Mais elle leur échappait toujours.

    Car elle s’était consacrée à Diane, la déesse vierge, qu’elle imitait dans sa tenue, dans son port, dans ses allures, au point que l’on aurait pu les confondre, si l’arc de corne de Syrinx avait été fait d’or. Elle leur échappait, elle courait plus vite qu’eux.

    Un jour qu’elle revient du mont Lycée, le dieu Pan l’aperçoit et entreprend, lui aussi, de la séduire. Elle, cependant, dédaigne ses avances et prend la fuite à travers champs. Poursuivie par le dieu, elle court ainsi à perdre haleine jusqu’aux bords sablonneux du paisible fleuve Ladon. Les eaux arrêtent soudain son élan. Déjà Pan la croit livrée à sa merci...

    Elle prie alors ses sœurs du fleuve de la métamorphoser. Le dieu se précipite et... désappointé, n’enlace que les roseaux du marais. Il soupire de douleur et l’air qu’il expire, traversant les longues tiges, produit une sourde plainte. Séduit par cette mélodie nouvelle qui sied si bien à son humeur devenue morose, il se radoucit et murmure à l’adresse de la nymphe : « Pour moi, ces plantes resteront le moyen de te parler toujours ».

    Il coupe alors des roseaux d’inégale longueur. Avec de la cire, il les colle les uns aux autres. Ainsi naît entre ses mains la flûte de Pan. La flûte que l’on appelle aussi du beau nom de celle pour qui Pan jouera toujours des airs désespérés. Syrinx...

     

     

     


    7 commentaires
  •  

     

     

       

    Jeune homme de la mythologie grecque, doué d'une grande beauté., il est le fils du  À sa naissance, sa mère apprit de Tirésias qu'il vivrait longtemps, pourvu qu'il ne vît jamais son propre visage. Cependant, arrivé à l'âge adulte, il s'attira la colère des dieux en repoussant l'amour de la nymphe Écho. Poussé par la soif, Narcisse surprit son reflet dans l'eau d'une source et en tomba amoureux ; il se laissa mourir de langueur ; la fleur qui poussa sur le lieu de sa mort porte son nom.

    Selon une autre version rapportée par Pausanias, c'est pour se consoler de la mort de sa sœur jumelle, qu'il adorait et qui était faite exactement à son image, que Narcisse passait son temps à se contempler dans l'eau de la source, son propre visage lui rappelant les traits de sa sœur.

     

     

    Le narcissisme, ou l'amour  de soi-même, d'après la fascination qu'exerçait sur Narcisse sa propre image, est, pour la   ssychanalyse, l'un des concepts les plus nécessaires à la compréhension de processus fondamentaux tels que le rêve  la psychose  

     


    12 commentaires
  •  

     

    C est une nouvelle rubrique

    Vous allez pouvoir découvrir a travers elle 

     de jolies histoires  de  toutes les mythologies

     des civilisations passées

     illustrées par mes modestes  créas

     

    Pour mieux apprécier la musique  et éviter le double son

    *couper le lecteur  bleu a  votre gauche

     

     

     

     

     

     

     

    C'était un dieu gréc , qui vivait dans les bois et les prés, s'abritant dans les cavernes, parcourant les sommets des montagnes , protégeant et fécondant les troupeaux, chassant les Bêtes sauvages, pêchant dans les cours d 'eau . Il s'ébattait avec les nymphes, en particulier Eco  et Pitys (nymphe du pin).

    Amateur de musique, il avait inventé la syrinx,flûte des bergers, et s'était fait d'une coquille une sorte de trompette avec laquelle il intimida lesTitans   durant leur combat contre les dieux olympiens. Divinité des bois  et des solitudes, il inspire parfois aux humains une subite terreur (panique) par ses apparitions inattendues. Comme les autres esprits des bois et des champs, en particulier Dionysos et Cybéle , dont il fut plus tard rapproché, son culte prend une certaine allure mystique. Il est l'un des premiers auteurs de la divination, doué du don prophétique; les Acadiens  voulaient qu'il eût instruit  Apollon 


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique