• Les poémes

    Pour vous

    De jolis poémes illutrés par une créa

     

    Toutes mes images sont des créas perso

    Elle sont signées

    Princesse Chanelle ou Les buffets de Brigitte dut

    a mon autre blog

    Cliquez sur l image pour l agrandir

     

     

  •  

    Voila  ; en  construisant ma créa j ai eu envie de 

     l' illustrer par un petit poème perso 

     En ayant une pensée pour ces gens qui sont dans les rues

     Bon c est pas  de la grande prose 

     Mais bon !!!! faudra vous en contenter

     

     

     

    Il fut un temps

     


    Il fut un temps pas si loin
    Ou j étais un homme bien
    J avais la richesse, le bonheur et l amour
    Et loin de moi la pensé de tout perdre un jour

    Il a fallu de peut de chose
    Pour Générer mon état de cause
    Pour me trouver aujourd hui
    Dans cette profonde mélancolie

    Oui il fut un temps pas si loin
    Ou j étais un homme bien

    Ma jalousie en a payée le pris
    Et lassée elle est partie
    Avec mes regets et sans me regarder
    Elle a rejoins cet autre qui l'a consolé

    Il me restai plus qu a noyer mon chagrin
    Dans les couleurs sombres de mon vin
    Luttant malgrés moi de revoir son visage
    Dans les nuits sans lune et s en presage

    La vie que j avais vecu
    Peut a peut je l ai perdu
    Ne me restant que pour fortune
    Sur ces trotoirs une immence décrépidude

    Oui il fut un temps pas si loin
    Ou j étais un homme bien

     

         Princesse Chanel


    9 commentaires
  •  

     

    Une histoire qui remonte a tres tres loin

    vous en souvenez vous ????

    Roule la galette 

     

     

    Une petite histoire : Roule la galette

     

     

     

     

    Dans une petite maison, tout près de la forêt, vivaient un vieux et une vieille.  Un jour

    le vieux dit à la vieille : 

    - J’aimerais bien manger une galette… 

    - Je pourrais t’en faire une, répond la vieille, si seulement j’avais de la farine. 

    - On va bien en trouver un peu, dit le vieux. Monte au grenier, balaie le plancher, tu trouveras sûrement des grains de blé.

     

     

    Une petite histoire : Roule la galette

    - C’est une idée, dit la vieille, qui monte au grenier, balaie le plancher et ramasse  

    les grains de blé.

    Avec les grains de blé, elle fait de la farine ; avec la farine, elle fait une galette

    et puis elle met la galette cuire dans le four.

     Et voilà la galette cuite. 

     

    Une petite histoire : Roule la galette

     

    « Elle est trop chaude ! crie le vieux. Il faut la mettre à refroidir. »

    Et la vieille pose la galette sur la fenêtre. Au bout d’un moment, la galette

    commence à s’ennuyer. Tout doucement, elle se laisse glisser du rebord de la fenêtre,

    tombe dans le jardin et continue son chemin.

    Elle roule, elle roule toujours plus loin… et voilà qu’ elle rencontre un lapin. 

    - Galette, galette, je vais te manger, crie le lapin. 

     - Non, dit la galette, écoute plutôt ma petite chanson. Et le lapin dresse ses longues oreilles.  « Je suis la galette, la galette ;  Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier. On m’a mise à refroidir, Mais j’ai mieux aimé courir ! 

    Attrape-moi si tu peux ! »

    Et elle se sauve si vite, si vite qu’elle disparaît dans la forêt.

    Elle roule, elle roule dans le sentier, et voilà qu’ elle rencontre le loup gris. 

    - Galette, galette, je vais te manger, dit le loup. 

     - Non, non, dit la galette, écoute plutôt ma petite chanson. 

    « Je suis la galette, la galette ;  Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier.

     On m’a mise à refroidir,  Mais j’ai mieux aimé courir ! 

    Attrape-moi si tu peux ! »

    Et elle se sauve si vite, si vite que le loup ne peut la rattraper.

     

    Une petite histoire : Roule la galette

     

    Elle court, elle court dans la forêt, et voilà qu’ elle rencontre

    un gros ours. 

    - Galette, galette, je vais te manger, grogne l’ours de

    sa grosse voix.

    - Non, non, dit la galette, écoute plutôt ma chanson.  

     « Je suis la galette, la galette ; Je suis faite avec le blé ramassé

    dans le grenier. 

    On m’a mise à refroidir, Mais j’ai mieux aimé courir ! 

    Attrape-moi si tu peux ! 

        Et elle se sauve si vite, si vite que l’ours ne peut la retenir.

     

    Une petite histoire : Roule la galette

     

    Elle roule, elle roule encore plus loin et voilà qu’ elle rencontre

    le renard. 

    - Bonjour, galette, dit le malin renard. Comme tu es ronde, comme tu es blonde ! 

    La galette, toute fière, chante sa petite chanson, et pendant ce temps, le renard se rapproche, se rapproche, et quand il est tout près, tout près, il demande : 

     - Qu’est-ce que tu chantes, galette ? Je suis vieux, je suis sourd, je voudrais bien

    t’entendre. Qu’est-ce que tu chantes ?  

    Pour mieux se faire entendre, la galette saute sur le nez du renard, et de sa petite

    voix elle commence : 

     « Je suis la galette, la galette ;  Je suis faite avec le … 

    Mais, HAM ! … Le renard l’avait mangée. 

     

    Une petite histoire : Roule la galette

     


    8 commentaires
  •  

    Pour toi ma petite maman 

    Ce poème t' est dédié car il correspond a ta personnalité

    Je sais que nous nous reverront car je crois en la ressurection

    Selon la promesse de Révélation 21: 11 a13

     

    ***

     

     Tu était gaie , toujours a chanter

    Tu as été aimée

     Et choyée par un époux qui ta comblé

    De tes 5 enfants que tu lui a donnai

    Tous aujourd'hui  ont pleuraient

    Tu ai partie après des années de souffrance

    La mort est venue te soulager

    Je sais que tu n est pas en errance

    Que tu repose  et que tu attend

    Le jour ou tu reviendra comme le printemps

     

    Pour me soulager la peine

    Je rêve de ce beau bateau blanc

    Qui voque vers d autres berges

    moi je serai le l 'autre côté 

     E t un jour   de cet horizon  a regarder

    Je reverrai  ce beau voilier

    Et de toi ma tendre adorée

     Recevoir mille baissés

     

                                                                              Princesse Chanel

     

     

     

     

     

     

     

    La mort n’est rien,
    je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
    Je suis moi. Vous êtes vous.
    Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

    Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,
    parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
    N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
    Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

    Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

    Que mon nom soit prononcé à la maison
    comme il l’a toujours été,
    sans emphase d’aucune sorte,
    sans une trace d’ombre.

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.
    Le fil n’est pas coupé.
    Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
    simplement parce que je suis hors de votre vue ?
    Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

    Vous voyez, tout est bien.

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Bonjour a tous 

     Jour d inspiration litéraire

     Aujourd hui avec  mon petit poéme  j ai voulue rendre hommage a tous

     ceux qui ce sont aimaient  durant des années 

    Et qui malgrés les soucis  de la vie  sont restaient attachés a leur amour

     

     

     

    Le voyage de Paul et Louise

     

     

    Le voyage de Paul et Louise

     

    Bien en place dans sa bergére

    Faisant mine de tricoter

    Louise attacha son oeil plissé

     Sur son vénérable pépére

    Le temps avais bien passé depuis leur  vingt ans

    Ainssi que leur jeux insouciants

    Avaient  laissés place aux journées ordinaires

     Passées devant la gazette ou la télé

    Des jourss  monotonnes  doucement écoulés 

     Amour et  tendresse etaient encore leurs partenaires

     

    Abandonnant  son tricot  elle se leva

    Et  a  son vieil amoureux  ce cramponna

    "Prend ta canne  et ton chapeau"

    "Dehors, c est le printemps , il fait si beau !"

    Point le moment de radoter

    Son voeux fut excecuter

     En quelques temps ils  furent sur la place du marcher

    Ou un joli manége de cheveaux tournai

     

    Ho!! ma Princesse  avec clin doeil  lui dit ce dernier

     C est avec avec honneur Madame !; je serai votre cavalier

    Et de joie tout en sautillant

    Elle accepta  de monter avec son galant

    La mélodie  merveilleuse   debuta

     Et le manége aux cheveaux tourna

     Montant et descendant le  cheval s envolai 

    Et ils partirent vers  des horizons lointains

    Vers des pâys aux senteurs de jasmin 

    Pays merveilleux de leur jeunesse  trop loin

     

    Le temps  d une chanson et d un tour de manege

     Ils avaient voyagés dand le passé

     leurs fraicheurs et beautées  envolées

     une part de leur jeunesse  leur etait restée

     

     

                   Princesse Chanel

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     

     

    Maman

    Tu m'as donné le jour,
    Tu m'as offert la vie,
    Et bercée par ton amour
    Se sont enfuies
    Mes peurs d'enfant,
    Envolées mes tristesses,
    Sur ton cœur de Maman
    Débordant de tendresse !

    Suspendue à ton sourire,
    J'ai essayé de grandir
    Tout doucement,
    De retenir les ans,
    Et le temps qui m'a poussée
    Vers l'indépendance désirée,
    N'a jamais brisé le lien
    Qui lie mon cœur au tien !

    Tu as protégé mon enfance,
    Ensoleillé mon adolescence,
    Tu illumines chaque jour mon existence !

                                                                       

    Véronique Audelon.
     

    8 commentaires
  •  

     

    Vacances a Paris

     

     

    Clic  pour voir plus grand

     

     

     

    Nous n'avions pas assez d'argent
    Pour nous offrir de belles vacances
    On voyait partir tous ces gens
    Qui pour nous avaient tant de chance
    Alors on s'est mis à compter
    Compter nos sous jusqu'au dernier
    Après avoir bien réfléchi
    Nous aussi nous sommes partis
    Pour des vacances dans Paris

    À deux pas de chez nous, nous avons découvert
    Un café tout fleuri avec des volets verts
    On y va chaque matin pour le p'tit déjeuner
    Et l'on mène une vraie vie
    De vacances dans Paris

    Puis l'on va se promener dans les rues inconnues
    Quelle aventure !
    On se perd, c'est charmant de découvrir Paris sans ses voitures
    On joue aux amoureux et les gens croient, ravis,
    Qu' nous sommes des jeunes mariés en vacances dans Paris

    Que de choses on a vues qui nous ont tant surpris
    Y a qu' les Parisiens pour mal connaître Paris
    Et quand le soir vient offrir son calme et sa fraîcheur à la Cité
    Silencieux et satisfaits, on rêve à la terrasse des cafés
    Nous rentrons et, chez nous, on rit, on fait du bruit
    Ça n'a pas d'importance, les voisins sont partis
    Tous partis en vacances loin d'ici
    Y a plus qu' nous, toi et moi, et Paris
    Y a plus qu' nous, toi et moi, en vacances dans Paris !

     

     

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique